Compte rendu d’écoute de plusieurs DAC

DAC, Convertisseurs, entrées numériques ou USB : voilà des termes que l’on voit assez régulièrement en ce moment. Étant de nature curieuse, j’ai pris mon courage à deux mains (ou deux oreilles diront certains) et je me suis lancé dans des écoutes de ces fameux « DAC ».

Tous les produits ont été écoutés sur le même système, à savoir le mien, constitué des éléments suivants : enceintes JM Reynaud Evolution 3 MkII, ensemble d’amplification Naim Nac82/Hicap et Nap180, d’un lecteur de DVD Primare V25 et d’un lecteur Blu-ray Panasonic DMP-BD10A.
Les câbles étaient des câbles Oehlbach Airblue 3 (liaison HP), Naim Snaic (liaisons entre les éléments Naim), Stereovox HDXV (câble numérique) et Hifi Câbles et cie Khnoum (liaison analogique entre le DAC et le préampli).

Je ne rentrerai pas dans les détails de chaque DAC, vous les trouverez sur leur fiche technique respective.

J’ajouterais que j’ai fait des tests en écoute CD audio, sur des extraits de films ou de concert en Blu-ray et même sur un peu de musique depuis un PC, relié en USB. Quelque soient les extraits choisis et utilisés, mon avis est resté le même sur chaque DAC.

La première série de DAC était constituée des trois suivants :
Cambridge DacMagic
Atoll DAC100
Musical Fidelity M1-DAC

D’autres DAC s’ajouteront à ce test dans les prochains jours.

Voici maintenant mes compte rendus d’écoute :

Cambridge Audio DAC MagicCambridge DAC Magic :
Dès les premières secondes, on retrouve l’esprit des produits Cambridge Audio, avec une écoute à la fois douce et reposante, mais aussi fluide et énergique en même temps. Que se soit sur un extrait de film, ou sur de la musique rythmée, l’écoute n’est jamais ennuyeuse, bien au contraire. Le comportement rythmique de ce DAC est exemplaire, surtout par rapport à son prix, qui n’est que de 300 €, il ne faut pas l’oublier.

L’écoute est très définie : on ne perd pas d’informations, ce qui pourrait rendre l’écoute fade, voire inintéressante, bien au contraire. Le grave est très bien articulé, mais s’il est un poil court. Le médium est totalement dans l’esprit des produits Anglais : un peu en avant, mais très fouillé, et surtout juste en timbres. Et enfin, l’aigu apparaît à la fois doux et lumineux, même si on pourrait souhaité un peu plus d’extension.

DAC Magic : vue arrièreIl faut être honnête : pour le prix, le Dac Magic est juste imbattable. Imaginez donc le même produit fabriqué en Europe, dans un boitier plus luxueux, et vous vous retrouvez avec un produit dépassant les 1500 €. Certes, il n’est pas parfait (il a une légère tendance à mettre le médium en avant), mais à moins de 300 €, il est difficile de lui en demander plus. On a, pour ce prix, un produit complet en connectique (3 entrées numériques doublées en Coaxiale et Optique, 1 entrée optique et 1 sorties analogique doublée en RCA et XLR), musical à souhait et tout à fait capable de donner un coup de jeune à un lecteur de CD un peu ancien dans un beau système de milieu de gamme.

Je n’ai qu’une seule conclusion pour lui : A prescrire sans réserve !

Atoll DAC100Atoll DAC100 :
Je dois avouer que j’ai eu pas mal de doutes lorsque je l’ai écouté pour la première fois. Dès les premières minutes, je retrouvais l’écoute des produits Atoll, mais cette fois ci, avec un côté caricatural. L’écoute est très tonique, rapide, ciselé, mais cela manquant un peu de liant entre les informations, et on avait plus envie de baisser le son que d’écouter la suite. Ne doutant pas des qualités du produit (j’ai eu de l’Atoll par le passé), je l’ai laissé tourné quelques journées, et au bout de deux jours, ce n’était plus du tout agressif.

Attention, ce DAC100 est et reste un produit extraverti. Mais une fois « rodé », il est capable aussi d’être doux et fluide. Bien entendu, la définition est le point fort de ce DAC, à tel point que ma source de référence a été battue à ce jeu par ce dernier.
Le grave du DAC100 est tendu, rapide, et il descend très bas. Le médium joue la carte de la définition et de la transparence, tout comme l’aigu d’ailleurs. Il est inutile de dire que ce DAC100 est aussi le plus dynamique des trois DAC testés, et que sur ce point, il pourra parfaitement réveiller un système un peu « endormi ».

DAC100 : vue arrière500€ pour un DAC fabriqué en France, avec autant d’entrées que le DacMagic, le DAC100 est une vraie belle performance de la part d’Atoll. Mais dès que l’on passe à l’écoute, on se rend compte que l’investissement dans un DAC100 est une excellente affaire. Si vous cherchez un produit complet, capable de vous apporter détails et rapidité, quelque soit la source utilisée, ce DAC100 est un produit à très sérieusement envisagé.

Je vais même vous faire une confidence : je l’ai trouvé excellent sur les extraits de films en Blu-ray, à tel point que je n’ai pas pu résisté à la tentation de visionner un film complet avec. Je ne l’ai absolument pas regretté.

Musical Fidelity M1DACMusical Fidelity M1-DAC :
Il y a des produits qui, dès les premières secondes, s’imposent comme une évidence. Ce M1-DAC en fait parti, et à vrai dire, il a confirmé mes premières impressions tout au long des écoutes que j’ai pu en faire.

Bien sûr, ce n’est pas le plus complet en terme de connectique, mais pour ce qui est de la restitution sonore, il s’inscrit dans une philosophie que je connais très bien : celle de la fluidité et de la cohérence. Je crois que se sont les deux mots que le résume le mieux : fluidité et cohérence. Ici, la musique s’écoule sans accroc, tout en douceur, en subtilité, mais aussi avec de la vie et du muscle, lorsque cela est nécessaire. Certes, on n’a pas le muscle et l’excellente définition de l’Atoll DAC100, mais on a la place quelque chose de peut être plus délié et de plus équilibré.

Musical Fidelity M1DAC : vue arrièreMais fait il mieux que le DAC100 ? Oui et non : pour moi, oui, mais dans d’autres configuration, on pourra préférer le Dac100, et son côté extraverti. D’ailleurs, sur les extraits de films, j’ai préféré le DAC100 , mais sur du long terme, et sur de l’écoute musicale (quelque soit la source), le M1-DAC sera un compagnon de plus agréables à vivre.

Afin d’avoir un point de comparaison que je connais parfaitement, j’ai pris le risque de le comparer à mon lecteur de cd, et le résultat a été très rapide à se dessiner : c’est le même type d’écoute, et le même compromis entre définition, justesse de timbre, fluidité et dynamique.

Ce M1-DAC est il chaudement recommandé ? Bien sûr que oui, même si je vous recommande de la comparer avant au DAC100 : comme je l’ai indiqué, chacun aura ses adeptes, et ses détracteurs.

Conclusion :
Comme vous l’aurez compris, il n’y a pas vraiment de vainqueur parmi ces trois produit testés : il y a trois excellents convertisseurs, mais dans des styles différents, et avec des caractéristiques techniques différentes aussi (notamment en terme de connectique).
Le premier constat que j’ai pu faire est plus que positif : la qualité sonore des DAC aux alentours des 300-500€ permet aujourd’hui d’avoir des sources de lectures comparables à des lecteurs de CD aux alentours des 1000-1500€.

Ensuite, ces DAC pourront permettre de concilier deux philosophies de sources différentes : celle de la musique dématérialisée et celle sur support physique. Que vous ayez un PC, un ancien lecteur de CD ou un lecteur Blu-ray, vous pourrez largement en améliorer le rendu sonore, dans un budget très raisonnable, il faut le préciser. Est ce une bonne nouvelle ? Oui, et mille fois oui.

Bonnes écoutes et rendez vous pour la 2e partie, avec d’autres convertisseurs au banc d’essai.

Julien Jacquemin, Hifissimo