Les « Diapason d’Or » 2012 partie 1 : les enceintes

Diapason d’Or 2012

Kef LS50 : Diapason d'or 2012

Kef LS50 :
Diapason d’Or 2012 :
« A l’évidence, cette petite enceinte a été fort bien pensée : l’absence de son de boîte est remarquable, à la mesure de la spatialisation et du volume sonore qui surprend pour un modèle de cette taille. La modestie du rendement annoncé ne se tait guère sentir : la LS50 peut se satisfaire d’un ampli de 30 ou 40 watts par canal. L’image très ordonnée, parfaitement construite avec des étagements d’une étonnante stabilité, ne nuit à aucun moment à la spontanéité, à la rapidité et à l’indispensable musicalité… »
Lire la suite

 

B&W CM5 : Diapason d’Or 2012

B&W CM5:
Diapason d’Or 2012 :
« Difficile de prendre la CM5 en défaut : tout paraît limpide, équilibré, à la façon d’une 805 avec peut-être un médium plus en retrait, moins naturel et moins dense. La qualité des timbres est heureusement préservée, d’une absolue crédibilité, avec les instruments comme avec les voix. L’image stéréo est d’une grande précision assortie d’une belle aération, chose courante avec les enceintes compactes de qualité… »

Lire la suite

 

Magnepan MG1.7 : Diapason d’Or 2012

Magnepan MG1.7 :
Diapason d’Or 2012 :
« L’écoute est remarquable, exceptionnelle à certains égards, d’autant que la qualité de ces enceintes ne les limite plus aux formations de taille modeste: l’orchestre est reproduit au grand complet avec une aisance confondante et un grave tort bien tenu, certes différent de celui restitué par les haut-parleurs traditionnels mais néanmoins tout à fait crédible.
Les timbres dépassent en justesse la plupart des autres modèles du marché par une incroyable rapidité qui exclut toute agressivité extramusicale. Par ailleurs… »

Lire la suite

Salon HiFi et Home Cinéma : Hifissimo vous offre des places

SalonHIFI-HomeCinema-2012

Hifissimo, Partenaire du Salon, vous offre 120 Invitations* à retirer dans nos 3 magasins partir du 15 septembre !

Invitation_Salon2012

– Paris Saint-Lazare
Ouvert du mardi au samedi de 11h à 19h30 sans interruption
Adresse : 22, rue de la Pépinière 75008 Paris (A 100m de la gare St-Lazare)
SNCF : St-Lazare – Métro St-Lazare ou St-Augustin. Parking Bergson sous le square Marcel Pagnol.
Téléphone : 09 51 17 54 22

– Paris Monge
Ouvert du mardi au samedi de 10h30 à 13h00 et de 14h30 à 19h00
Adresse : 99 rue Monge, 75005 Paris
A 100m de la faculté de Censier. Métro : Censier Daubenton (Ligne 7).
Téléphone : 09 51 59 16 59

– Vélizy-Villacoublay
Ouvert du mercredi au vendredi de 11h00 à 20h00 et samedi et dimanche de 10h00 à 20h00
Adresse : Centre commercial « L’Usine Mode & Maison », ZA VILLACOUBLAY, 78140 Villacoublay
A 10′ du pont de Sèvres par N118 sortie ZA Villacoublay, puis Art de Vivre et l’Usine Mode & Maison
Téléphone : 01 39 46 58 52

Quelques évènements à ne pas manquer :
JVC présentera son haut de gamme en terme de vidéo projection avec le DLA-X90 RBE, projecteur DILA ultra HD de résolution 4 K (3840 x 2160 pixels). A noter également que cet appareil projette des images 3D enrichies. La très haute fidélité de l’image à découvrir …

YAMAHA présentera dans 3 salles distinctes ses 3 familles de produits :
o Haute fidélité
o Home Cinéma
o Systèmes compacts et audio nomade
S’agissant du home cinéma YAMAHA présentera notamment sa nouvelle gamme RX-V 73, dont le haut de gamme en 7.2, 160 w par canal, le HDMI gérant la 3D et le 4 K, avec une appli iOS, Androïd, Air Play, compatible iPad, MP3 et tous formats jusqu’au FLAC <96 khz avec réception des radios internet. - PIONEER nous gâte particulièrement avec une belle palette de produits innovants :
o Le SC LX 86, à la fois hub multi média et amplificateur processeur home cinéma de 9 x 190 w en classe D. Il a obtenu la certification des studios AIR de Londres et s’avère d’une simplicité d’utilisation déconcertante grâce à l’application de pilotage disponible pour tablettes Androïd et IOS.
o La gamme Haute fidélité introduisant 10 nouveaux éléments dont l’A 70 alliant modernité avec son amplification classe D et modernité en intégrant un DAC USB asynchrone. Une conception et une écoute sans compromis
o Le serveur audiophile N 50 point de convergence idéal pour tout type de source dématérialisée. En complément des certifications Airplay, DLNA et Windows 7, le N 50 est compatible iPod, iPad, iPhone.

NAD enrichit sa gamme de produits audiophiles à tarifs abordables avec les nouveaux C 390 DD (intégré numérique haute définition, C 546 BEE (lecteur CD audiophile) et surtout les nouveaux MASTERS M 50, lecteur CD de haut de gamme assorti d’une passerelle audio DLNA compatible avec tous les formats haute définition, le MASTERS M 52, serveur audio offrant une capacité de stockage de 2 To. Cette gamme est complétée par le M51, convertisseur N/A

PRO-JECT qui annonce fièrement le cap des 40.000 platines tourne disque par an consacre la bonne santé de ce marché et l’intérêt renouvelé pour les vinyles et le son analogique. De part son design très tendance et sa palette de couleurs, PRO-JECT a su s’imposer en dehors des circuits de distribution traditionnels comme un porte drapeau de la haute fidélité. Egalement très attendus, une nouvelle gamme de « box » ses éléments de chaine micro, autre success story de la marque autrichienne. Comme chaque année Heinz et Jozefina LICHTENEGGER, les concepteurs et producteurs de PRO-JECT répondront à vos questions.

HAMY SOUND nous présentera dans une zone tout spécialement réservée dans le salon avec deux salles d’écoute, une palette très exceptionnelle de produits de haut de gamme, dont bien entendu ACCUPHASE, ANTHEM, AURA, EXIMUS, FRANCO SERBLIN, EXINUS, PARADIGM, VELODYNE, SHERBOURNE, CLEAR AUDIO, AUDIO ANALOGUE.

REAL CABLE répond aux nouveaux besoins en matière de dématérialisation en proposant une gamme de câbles USB et HDMI haute définition.

ELIPSON bénéficie d’un incroyable renouveau sous l’impulsion de son nouveau distributeur AV INDUSTRY. Les fameuses « boules » créées par Joseph LEON il y a 50 ans pour l’ORTF ont été rééditées et connaissent un nouveau succès mérité. La mythique BS 50 tribute au design si particulier, boule le staff de 50 cm avec son réflecteur elipsoïde en partie supérieure est un fleuron de l’histoire de la haute fidélité . Elle fut l’enceinte de référence absolue de la Maison de la Radio. Les déclinaisons actuelles, PLANET M dans des finitions et couleurs variées se mettent dans l’air du temps, du simple système 2 canaux jusqu’au somptueux « SOUND TREE », arbre haute fidélité, une pièce sculpturale exceptionnelle. Enfin, le MUSIC CENTER est la solution réponse aux nouvelles technologies de musique dématérialisée.

Petite liste des marques présentes au Salon HiFi et Home Cinéma les 29 et 30 septembre 2012 :

ACCUSTIC ARTS, ACTINOTE, ACURUS / ARAGON, ACUSTICA, APPLICATA, AGATH, ALPHASON, AMINA, ANALYSIS PLUS, ANTHEM, ARCHITETTURA SONDRA, ARTSOUND, ATC, ATECA, ATOHM, AUDIENCE CÂBLES, AUDIA FLIGHT, AUDIO ANALOGUE, AURA, AVANCE VIDÉO, AVANT-GARDE, AYRE/DPS, BANDRIDGE, PROFIGOLD, BASSOCONTINUO, BC ACOUSTIQUE, BEYERDYNAMIC, BLOCK , BLUE NOTE – XRCD, BLUTACK BOSTON, BOX DESIGN, BRIK AUDIO, CARY AUDIO DESIGN, CAYIN, CEC, CHORD, CH PRECISION, CLEARAUDIO, COBRA, CONSONANCE, CONVERGENCES, CONTROL 4, COWON, CRYSTAL CABLE, CYRUS, DALI, DATA SAT, DE CONTI, DENON, DIAPASON, DIGITAL PROJECTION, DNP SUPERNOVA, DUEVEL, DYNAMIC HOME CINÉMA, DYNAUDIO, EAT (EURO AUDIO TEAM), ECLIPSE, ELECTROCOMPANIET, ELIPSON, ELTAX, EMMLABS, ESOUND, ESSENTIAL AUDIO TOOLS, ESTELON AUDIO, ETYMOTIC, EVERYTHING BUT THE BOX, EXACTPOWER, EXIMUS, FATMAN, FINITE ELEMENT, FIRST IMPRESSION MUSIC, FRANCO SERBLIN, GAMUT, GOLDRING, G & BL, HAL, HALCRO, HALCRO LOGIC, HANNL, HDIGIT, HIFI TUNING, HI-FUN, HIGHLAND, ILLUSONIC, IMAGE, INAKUSTIK, IONIC, JBL SYNTHESIS, JOSOUND, JUST RACKS, JVC, JVC-XRCD, KEMP ELEKTRONIKS, KEY DIGITAL, KHARMA, KRELL LABS, LEEDH, LEON SPEAKERS, LEXICON, LUMAGEN, LUMENE, M2TECH, MAGICO, MAGNAT, MARANTZ, MARK LEVINSON, MARTIN LOGAN, MEITNER AUDIO, MERIDIAN SOOLOOS, MICROMEGA, MISSION, MIT, MOBILE FIDELITY, MOON (SIM AUDIO), MORDAUNT SHORT, MOSSCADE, MUSIC CULTURE, MUSICAL FIDELITY, MUSIC TOOLS, NAD, NAIM LABEL, NORMA, NORSTONE, OCOS, OEHLBACH, ORIGINAL RECORDING GROUP (ORG), ORTOFON, O2A, PARADIGM, PARROT BY STARK, PEACHTREE, PEERLEES, PENAUDIO, PERREAUX, PIO SOUND, PIONEER, PMC, POSITIVE CABLE, POSITIVE MUSIC, POSITIVE TECHNOLOGIES, PRIMA LUNA, PRIMARE, PRO-JECT, PROJECTION DESIGN, PS AUDIO, PURE LINK, QACOUSTICS, QSONIX, QUADRAL, QUADRASPIRE, RAINBOW FISH, REAL CABLE, REFERENCE RECORDINGS, REVEL, REVOX, ROCKPORT TECHNOLOGIES, ROKSAN, ROTH AUDIO, RUNCO, SANGEAN, SCANDYNA, SCANSONIC, SCREEN INNOVATIONS, SCREENLINE, SCREENLINE, SHANLING, SHERBOURN, SHERWOOD, SILTECH, SONUS FABER, SONY, SOULUTION, SOUNDCARE, SOUNDCAST, SPECTRAL, SPIRAL GROOVE, SRA, SSC, STAX, STENHEIM, STEINWAY LYNGDORF, STEALTH ACCOUSTIC, STELLO, STEWART, STILEXO, STOCKFISH RECORD, STORMAUDIO, STRAIGHT WIRE, STRESSLESS, SUMIKO, SUPERSPIKES, SUPRA, SYMPOSIUM, TABULA RASA, TAD, TANGENT, TARGET, TEAC, TERK, TECH LINK, THE GRYPHON, THORENS, THULE AUDIO, TIVOLI AUDIO, TRENDS AUDIO, TSAKIRIDIS DEVICES, TV EARS UCUBE/ULTRALINK, ULTIMATE, USHER AUDIO, VAN DEN HUL, VAN MEDEVOORT, VANTAGE POINT, VELODYNE, VICOUSTIC, VIENNA ACOUSTICS, VIETA, VTL, WADIA, WATERFALL AUDIO, WBT, WIREWORLD, WISDOM AUDIO, YAMAHA

* Offre réservée au 120 premières personnes qui se présentent dans nos magasins.

Salon HiFi Home Cinéma des 1er et 2 octobre 2011 : Hifissimo vous offre 50 entrées gratuites

Salon HIFI HOME CINEMA

nombreuses démonstrations dans un cadre agréable convivial et acoustiquement soigné.

Le Salon HIFI HOME CINEMA des 1 et 2 octobre 2011 réunira la fine fleur du matériel Haute Fidélité et Home Cinéma.

Vous trouverez de nombreuses démonstrations dans un cadre agréable convivial et acoustiquement soigné.

Salon Home et Technologie
Il sera complété cette année par le Salon Home et Technologies qui se déroulera du 1er au 3 octobre 2011.
Ce nouveau rendez-vous fédère le meilleur des produits de l’image et du son, en les intégrant avec leur dimension domotique.

Il est l’heure de présenter au public ce nouveau mode de vivre ses sons et ses images !

A l’occasion du Salon HIFI HOME CINEMA & Technologies d’intérieur, les 1 et 2 octobre 2011 à l’Hôtel PULLMAN Paris rive Gauche (ex Sofitel Porte de Sèvres) au 8 rue Louis Armand – 75015 Paris, Hifissimo est heureux de vous offrir 50 entrées gratuites*

Retirez vos places gratuites dans nos magasins :
Franconville : Centre commercial « Quai des Marques A15 », 95130 Franconville
Paris Monge : 99 rue Monge, 75005 Paris
Paris Saint-Lazare : 22, rue de la Pépinière 75008 Paris (A 100m de la gare St-Lazare)
Vélizy-Villacoublay : Centre commercial « Usines Center », 78140 Villacoublay

http://www.salonhifi.com/
http://www.home-technologies.fr/

* Les entrées gratuites seront dans nos magasins, offre limitée aux cinquante premières personnes se présentant. 

Liste des marques en démonstration et/ou en exposition durant cet événement  :

ALEX, ALYOS, AMINA, ART&TECHNOLOGIE, ARTSOUND, ATC, ATECA, ATOHM, AUDIO LINEAIRE, AUDIO NOTE, AUDIO RESEARCH, AUDIOPHILE TECHNOLOGIE, AURELIA, BANDRIDGE PROFIGOLD, BC-ACOUSTIQUE, BEYERDYNAMIC, BLOCK, BLU-TACK, BOWERS & WILKINS, CA PRECISION, CABASSE, CABLE, CANTON, CAYIN, CHORD, CINEAUDIO, CLASSE,CODA TECHNOLOGIES, CONSONANCE, CYRUS, D BOX, DE CONTI, DEMAGIO, Digital Projection, DNP Supernova, DUNE, DYNAUDIO, ELECTROCOMPANIET, ELECTRO-HARMONIX, ELIPSON, ELTAX, ESSENTIAL AUDIO TOOLS, EVERYTHING BUT THE BOX, EXPOSURE, FATMAN, G&BL, GAMUT, GEFEN, GENALEX GOLD LION, HAL, HALCRO, HANTAREX, Image, IONIC, JBL Synthesis, JMB ACOUSTIQUE, JUST RACKS, JVC, KALEIDESCAPE, KEF, KEMP ELEKTRONIKS, Key Digital, KHARMA, KRELL, LEEDH, LEGACY AUDIO, Leon Speakers, Lexicon, LG, LOGICOM, LOVAN, LUKE, LUMENE, MACINTOSH, MAGICO, MAGNEPAN, Mark Levinson, MARTIN LOGAN, MERIDIAN, METRONOME TECHNOLOGIE, MICROMEGA, MISSION, MIT, MOBILI MEDIA, MOSSCADE, MUSIC FIRST AUDIO, MUSIC ON VINYL, MUSICAL FIDELITY, NAD, NILES, NORSTONE, NUVO TECHNOLOGIES, OCEAN WAY, OCOS, ODYSSÉE ACOUSTIC, OPPO, ORAY, PANASONIC, PARROT BY STARCK, PEACHTREE, PERREAUX, PIERRE RIFFAUD, PIONEER, POLK AUDIO, POSITIVE CABLE, POSITIVE MUSIC, POSITIVE TECHNOLOGIES, PRIMA LUNA, PRIMAIRE, PRO-JECT, PS AUDIO, QACOUSTICS, QOBUZ, QSONIX, QUADRAL, REAL CABLE, REL ACOUSTICS, Revel, ROKSAN, ROTEL, ROTH AUDIO, SANGEAN, SCANSONIC, SCHROERS & SCHROERS, SCREEN RESEARCH, SHANLING, SHARP, SHERWOOD, SILENT WIRE, SIM2, SOLEDGE, SONOS, SONUS FABER, SOOLOOS, SOULUTION, SOUNDCARE, SOVTEK, SPEAKERCRAFT, SPECTRAL, STAX, STORMAUDIO, SUMIKO, SUPERSPIKES, TABULA RASA, TANGENT, TARGET, TEAC, TECH LINK, TECHNISAT, THF, THORENS, TIVOLI AUDIO, TOSCA, TOSHIBA, TUNG-SOL, VIENNA ACOUSTICS, VIOLA, VISMES, VOGELS, WADIA, WATERFALL AUDIO, WILSON AUDIO, Wisdom Audio, YAMAHA.

Qui a besoin d’enceintes ?!

Qui a besoin d’enceintes ?!

Au début, je n’ai pas fait attention. C’était il y a un an, dans une pub pour des vêtements de glisse. Une autre fois, elles décoraient la devanture d’une boutique de mode. J’ai percuté seulement il y a quelques semaines, à la sortie d’une grande surface, à Berlin. Une jeune femme dans les 25 ans, style Peace and Love, poussait son chariot sur le parking. Dedans, un très gros carton avec dessus un nom familier : Cabasse. Les enceintes, de préférence look années 80, sont entrées dans le paysage Dj et sports extrêmes et je n’avais rien remarqué.

Dans un salon, c’est l’ultime maillon High Tech, design retro en prime. Avec les caches retirés, le son du Nano prend de l’altitude. Vous ne l’avez jamais entendu chanter comme ça. A coté, les petits cubes en plastique chinois pour MP3, c’est totalement out.

Mon conseil, c’est bois noir, posées au sol, avec les hauts parleurs visibles. Plus elles sont grosses, mieux c’est. Le PC ou l’iPod, sono à fond, c’est le Nirvana. Et si elles ont un bon son, c’est gravement mieux.

Coté prix, c’est comme un bon VTT ou des skates : ça commence à pas cher, mais la qualité se paye. En revanche, on peut les essayer. C’est même recommandé.

Allez dans un magasin et branchez votre iPod (au passage, si le magasin ne veut pas le faire, allez ailleurs !). Ecoutez une enceinte dans votre budget. Testez plusieurs genres de musique. Puis écoutez une enceinte très bon marché, et enfin une plutôt chère. C’est pour vérifier si vos oreilles et votre portefeuille sont d’accord (si ce n’est pas le cas, je vous conseille de prendre un crédit ou d’économiser, mais ne prenez pas des enceintes moins bonnes, parce que ça se garde un bout de temps, ces petites bébêtes)

Maintenant si vous n’aimez pas la musique, vous n’avez pas besoin d’enceintes. Gardez les hauts parleurs de votre PC.

Jean Patrick Grumberg – Avril 2008

Les câbles, ces inconnus

Câble enceinte Oehlbach 1063 4mm²Le câble est un symbole. Pas le symbole du câble ombilical, comme le titre de cet article le laisse penser, mais celui de la victoire de l’oreille sur la machine. Car la machine ne mesure pas,ou très mal, la différence de qualité qu’il peut exister entre un câble ordinaire et un câble haute définition(HD). Les « zoreilles », elles, oui, et même assez facilement. Et les utilisateurs qui ont acheté des câbles HD avec un gros doute, ont généralement été vite convaincu du résultat, de la différence, bien présente, palpable et audible. Un câble HD, ça s’entend, et c’est meilleur.

Et pourtant, quoi de plus banal, de plus insignifiant et de moins sexy qu’un bout de fil électrique ?
Quoi de plus idiot que transporter un signal audio d’un appareil à un autre ?
Il n’y a pas de changement d’énergie mécanique en énergie électrique, il n’y a pas d’amplification, pas de transformation, rien… ou presque. Car si on y réfléchit un instant, on se rend compte qu’il est finalement extrêmement compliqué de faire passer un signal complexe, multi-octaves, aux changements d’intensité si rapides et si gigantesques, sans altérer aucune de ses informations… Car là est le but : le câble ne doit pas abîmer les informations qu’il transporte, il doit se faire totalement oublier. Hors en tant que pièce électrique, il a une résistance, il retient des informations, qui n’arriveront jamais à destination.

Maintenant il est vrai que selon les appareils connectés, la différence est plus ou moins perceptible. Mais heureusement, la guerre entre les défenseurs et les détracteurs appartient au passé,et plus personne aujourd’hui ne conteste encore sérieusement l’intérêt des bons câbles de liaison.

On pense que les signaux électriques qui propagent les graves et ceux qui propagent les aigus ne se déplacent pas tout à fait de la même façon à l’intérieur du câble. Ainsi a-t-on pu déterminer que selon les styles de câbles(diamètre, nature des matériaux, taille et nombre de brins,mélange de matériaux, isolation de certains brins par un vernis, type de tressage des brins, conception symétrique ou pas), le résultat varie assez fortement.

Qu’est ce que ça change ?
On peut dire, et cela peut paraître paradoxal, qu’un bon câble est un câble qui ne fait rien, ou qui en fait le moins possible. Un bon câble, ça doit être invisible, enfin inaudible! Et par conséquent, il est erroné de parler des apports d’un câble par rapport à un autre. On doit parler, au contraire, de la discrétion des câbles, plus ou moins grande. Un bon câble, donc, va :

– rétablir un meilleur équilibre tonal entre les médiums et les aigus.

– restaurer la dynamique d’origine.

– remettre en valeur le relief naturel.

– restituer le rapport entre les détails de premier plan et ceux d’arrière plan.

– reconstituer la profondeur de l’image.

Comment les choisir :
Une règle tend de plus en plus à se dégager : la qualité et la personnalité des câbles semble être due en grand partie à la qualité du métal qui les compose. Il paraît donc prudent de constituer toute sa chaîne avec la même marque, pour avoir à faire à un seul fournisseur de métal.

Pour un câble d’enceinte, une ou deux règles simples :
il transporte une grande quantité de courant, donc plus il est gros, moins il oppose de résistance au passage de ce courant, et meilleur est le résultat. On déduit facilement que plus la longueur est importante, plus le câble doit être gros. A titre de repère, je conseille souvent de prendre du 2.5 mm2 pour des longueurs inférieures à 6/7 mètres, et de passer au 4 mm2 pour les longueurs de plus de 7 mètres.

Le câble a un sens, il est étudié pour véhiculer des signaux dont la courbe a été analysée, aussi il faut respecter le sens ampli – enceinte qui est indiqué parle sens d’écriture de la marque sur le câble. Il faut lire la marque dans le sens ampli – enceintes…

c’est idiot mais des fois on oublie : le plus sur le plus, le moins sur le moins (rouge sur rouge, noir sur noir). La dessus, je ne vous donne aucune dérogation, le son est horrible car les graves disparaissent, se déplacent et créent un trou entre les enceintes, quand il y a une inversion sur une des deux enceintes (on appelle ça une opposition de phase).

Pour le câble de modulation, il faut tenir compte de quelques facteurs, également :
choisir les câbles les plus courts possibles, car plus ils sont courts, moins ils opposent de résistance, et donc plus ils seront discrets.

Il est inutile de dépenser trop d’argent sur les maillons bas de gamme, ou qui diffusent une bande passante réduite, comme le tuner, ou votre platine K7 si c’est un modèle moyen. Par conte, entre un ampli et un préampli, entre un lecteur CD, Laserdisc ou DVD : mettez le paquet ! Plus il est cher, meilleur il est. Mais là encore, pas de délire, c’est inutile de dépenser de l’argent si votre matériel n’est pas à la hauteur. Un truc auquel je me réfère souvent : investir 1/10e du prix de votre lecteur dans son câble de liaison paraît être une dépense équilibrée.

OFC, ça veut dire quoi ?
On lit souvent la mention OFC sur les câbles : ça veut dire Oxygene Free Copper « cuivre sans oxygène ».

Leur raison d’être est assez simple (enfin façon de parler!) :
Les fréquences aigus se déplacent plus vite, plus librement, quand la résistance est la plus faible, c’est à dire à l’extérieur du câble. Mais le brin qui se situe à l’extérieur va bouger sans cesse entre l’intérieur et l’extérieur. Donc les fréquences aigus vont sauter en permanence d’un brin à l’autre pour rester toujours à l’extérieur. Sinon, elles sont ralenties par rapport aux fréquences graves, et on constate un décalage, qui donne une impression audible de perte de précision,et de flou. Pour pouvoir sauter ainsi d’un brin à l’autre en douceur, sans perte, il faut que rien ne vienne gêner ce transfert, et donc surtout pas d’oxydation. Autre facteur, les cristaux. Un câble en cuivre est composé de cristaux (1500 par 30cm pour un cuivre trè spur) que le courant traverse. Chaque passage d’un cristaux à l’autre génère une distorsion qui sera d’autant plus importante que le câble aura été fondu en présence d’oxygène, qui favorise la formation de dioxydes. Donc les câbles sérieux sont traités anti-oxydation, tout simplement (ouf !)

Un petit mot au passage pour la bi-amplification :
On sait que les fréquences graves véhiculent un champ magnétique très important. On sait aussi que ce champ magnétique, au niveau microscopique, modifie les caractéristiques électriques du câble, qui a son tour modifie les caractéristiques magnétiques des fréquences élevées, plus faibles et plus fragiles… C’est pourquoi (entre autres, car je ne parle ici que de la partie câble) la bi-amplification, avec filtre de séparation immédiatement derrière les amplis, et bi-câblage, donne de si bons résultats: les fréquences graves sont isolées des aigus, et ne provoquent pas les perturbations magnétiques décrites plus haut. Le son est ainsi plus vrai, plus franc, plus dynamique.

Jean-Patrick Grumberg

Choisir son lecteur CD

Choisir son lecteur CD :
Lecteur CD

Sur le papier, il existe assez peu de différences entre les lecteurs CD. Une platine CD reste un appareil simple, aux fonctions standard. Sur quels critères choisir, alors ?

Soit vous êtes un amateur très exigeant et vous choisirez une platine CD pour ses qualités musicales avant tout, soit vous serez plus influencé par la simplicité de mise en œuvre et d’utilisation, et son prix, bien entendu. Je classerai à part les platines de type juke-box ou les lecteur MP3, offrant effectivement des caractéristiques inhabituelles, et laisserai de côté les gadgets du type variation du pitch et autre volume numérique.
Au passage, une remarque importante : L’étude des caractéristiques constructeur présente généralement peu d’intérêt et n’aident pas à faire son choix. Un rapport signal/bruit, par exemple, ne permet en aucun cas de juger de la qualité musicale d’un appareil !

A vos marques :
Un point à considérer tout d’abord : la marque du lecteur. Si vous possédez déjà un amplificateur, il est fort probable que sa télécommande puisse piloter directement un lecteur CD du même constructeur. Si vous ne possédez pas de télécommande universelle, cet avantage peut avoir son importance.

En-dehors de cette adéquation de télécommande, et de toutes considérations esthétiques, il n’existe pas d’autre raison de choisir un lecteur CD de la même marque que votre amplificateur.
Donc, avant toute chose, regardez la télécommande de votre ampli. Elle peut piloter un lecteur CD ? C’est déjà une première piste.


Des fils et des platines :

Les platines CD, peu ou prou semblables en façade (à l’exception de la prise casque – souvent présente mais rarement utile), disposent de connexions plus ou moins fournies en face arrière : les plus simples ne proposent qu’une sortie stéréo, donc deux prises RCA, une rouge pour le canal droit, et une noire pour le canal gauche (ces sorties sont dites analogiques, mais ne vous effrayez pas de ce terme, il est secondaire ici), là où les platines les plus généreuses proposeront deux sorties analogiques, et une ou deux sorties numériques (qui peuvent être coaxiales ou optiques, là encore, pas de panique avec ces termes barbares, c’est secondaire). Il peut en outre s’y trouver une ou des prises servant à commander le lecteur depuis un ampli de la même marque.(Certains appareils très haut de gamme disposent de connecteurs pour signaux symétriques, dépassant le cadre de cette fiche).

Si vous possédez un bon amplificateur avec des entrées numériques, un amplificateur home-cinéma avec décodeur DTS, ou une platine Minidisc, il vous faut une ou deux de ces sorties numériques.

Contrairement aux idées reçues, la sortie numérique optique n’est pas meilleure que la sortie numérique coaxiale. Vérifiez plutôt quel type de sortie il vous faut pour relier vos différents éléments entre eux.

Des convertisseurs optique vers coaxial (et inversement) existent, mais ils constitueront un surcoût évitable, et ne respectent pas toujours les signaux qu’ils convertissent.

Au passage, si vous possédez une platine DVD, celle-ci peut faire office de lecteur CD. Notez toutefois que certains lecteurs DVD refusent de lire les CD-R (gravés), et si vous êtes exigeant sur la qualité, sachez aussi que la qualité de la plupart des lecteurs DVD est à près du niveau d’un lecteur CD de bas de gamme.

Entre les oreilles :
Si vous avez une belle installation et des oreilles exercées,vous rechercherez une platine CD ayant une bonne qualité musicale. Si vous croyez que toutes les platines CD se valent, détrompez-vous! Si effectivement les informations gravées sur un CD sont numériques, votre ampli, vos enceintes, ont besoin de signaux analogiques. Donc à un moment ou à un autre, il va falloir convertir ces signaux numériques inscrits sur le CD, en signaux analogiques compréhensibles par l’ampli. Or le type et la qualité des convertisseurs numérique- vers- analogique, et tous les étages électroniques qui vont avec, influencent beaucoup la qualité finale. Une oreille non exercée peut très facilement le constater entre deux platines n’ayant que 1000F d’écart. On trouve d’ailleurs de très bonnes platines à des prix tout à fait raisonnables : certaines références autours de 2000F sont devenues des petites légendes…

Les convertisseurs proposés par les différents constructeurs(legato link, AL24, etc.) induisent parfois un style sonore qui peut déplaire (le legato link est d’ailleurs débrayable sur certaines platines Pioneer), donc je ne saurais trop vous conseiller d’écouter avant d’acheter, règle immuable pour tout amateur exigeant.

Si vous utilisez la sortie numérique (optique ou coaxiale) du lecteur, vous n’utilisez alors plus les convertisseurs internes au lecteur, mais ceux de votre ampli. Sachez que la qualité du « transport » (c’est le nom de la mécanique de l’appareil) et des électroniques qui vont avec, peut modifier la qualité du son. De petits décalages temporels (jitter, ou gigue) et des erreurs de lecture peuvent en effet dégrader l’écoute.

En d’autres termes, une platine d’entrée de gamme, même sur sa sortie numérique, ne remplace pas un appareil plus sérieux, connecté en numérique lui aussi.

Des codages :
Un autre point pouvant attirer l’acheteur audiophile, ou l’amateur exigeant,est le décodage HDCD. Le nombre de CD respectant ce format est plus important qu’on ne pourrait le croire (seul un discret logo permet de les différencier d’un CD normal, et vous en avez probablement plus d’un sans le savoir), et ce décodage apporte un surcroît de dynamique appréciable (20 bits théoriques à comparer aux 16 bits du CD habituel)… sur une platine compatible. Certains rares lecteurs DVD proposent aussi ce décodage.

Enfin, les constructeurs ont fini par réaliser le potentiel commercial du décodage MP3. Si vous êtes de ceux qui gravent des CD MP3, vous savez que vous pouvez disposer de 10 heures de musique sans changer de disque. N’espérez quand-même pas la qualité d’un CD audio, mais avouons que ce peut être pratique.

Hors gabarit :
Pour terminer, les juke-box acceptent maintenant 200 à 300 disques et peuvent être intéressants. Leur maniement est plus ou moins simple ; certains sont chaînables entre eux (si vous possédez plus de 300 disques, vous pouvez ajouter un second lecteur) ; certains lisent les titres au format CD-Text sur les (rares) disques encodés; certains peuvent même se connecter à internet (via votre PC) pour télécharger automatiquement tous les titres des CD qui s’y trouvent. En-dehors des conseils de choix énoncés précédemment, étudiez donc précisément les possibilités de l’appareil avant de craquer.

Il est regrettable que le positionnement actuel de ces  » entrepôts à CD  » les limite la plupart du temps à des qualités de construction et esthétiques très discutables. N’espérez pas non plus trouver des juke-box audiophiles pour le moment.

La douloureuse :
Reste la question du prix. Une règle simple est de ne pas consacrer un budget délirant à un élément isolé de votre installation : le meilleur des lecteurs CD banché sur un ampli moyen et des enceintes quelconques ne donnera jamais le meilleur de ses possibilités. La règle en or à garder en mémoire, c’est qu’une install est toujours du niveau de son élément le plus faible. Donc, si vous disposez d’une installation d’entrée de gamme, inutile d’y adjoindre un lecteur de haut vol… sauf si cela constitue la première étape d’un rééquipement progressif.
A l’inverse, une belle installation fera ressortir les défauts d’un lecteur CD moins bon. Ne panachez donc pas trop les qualités.

Sans pouvoir entrer trop dans le détail (car ensuite il faut raisonner appareil par appareil), voici quelques règles directrices.
Avec une installation d’entrée de gamme, ou, si vous préférez, si vos enceintes ne dépassent pas les 1000F pièce environ, n’investissez pas plus de 2000F dans le lecteur. Si vos enceintes sont plus dans la tranche des 2/3000F, et que votre ampli est en proportion,vous entendrez la différence entre un bon lecteur à 1500Fet un bon lecteur à 3000F. Si vos enceintes valent plus de 3000F l’une, vous pouvez aisément investir dans un lecteur coûtant dans les 4/5000F et profitez de toutes les finesses qu’il offre : précision des timbres, placement impeccable des instruments dans l’espace, aération et donc clarté du message entre les différents instruments, fermeté du grave, etc…

Et quelque soit le modèle, ne négligez jamais la qualité du câble. Dès les modèles d’entrée de gamme, le câble livré d’origine est à mettre de coté, enfin, à la poubelle quoi ! et doit être remplacé par un câble en harmonie avec le niveau du lecteur, et de votre install. Mais ceci est vrai pour tous les maillons de votre système.

© Hifissimo 2001,
© Marc-Etienne HUNEAU 2001
Toute utilisation ou reproduction est soumise à autorisation.
(qu’on ne vous refusera très probablement pas)