Platines vinyles : y voir plus clair

Disque vinyleLes galettes noires.

En 1982, lors du lancement commercial du CD,  les prédicateurs de tout bords ont annoncé avec assurance la mort programmée du vinyle. Plus de 30 ans après force est de constater que cette prédiction était aussi pertinente que celle qui annonçait la fin du monde le 12/12/2012.

En 2014 le disque vinyle se porte très bien merci. En Angleterre il s’est vendu depuis le début de l’année plus de 800 000 microsillons, un record depuis 20 ans. En France il n’existe plus de statistiques de vente de vinyles. Toujours est-il que dans les grandes surfaces spécialisées les rayons vinyle refleurissent, sans compter les disquaires indépendants qui réapparaissent. Beaucoup d’artistes publient aussi en microsillon, Daft Punk a sorti son dernier album sous ce format; The Endless River, le dernier album de Pink Floyd, est également édité en vinyle… On pourrait continuer cette liste à n’en plus finir, sans parler des rééditions.

Dans les années 80 FIP avait une émission qui s’intitulait « FIP au laser » aujourd’hui cette même station diffuse une fois par mois « dites 33 » pendant laquelle ils ne passent que des vinyles !

Dans les années 80 toujours, la qualité des pressages vinyles laissait fortement à désirer, les disques étant très (trop) fins et les pâtes utilisées étaient de bien piètre qualité, car il fallait vendre du CD. Aujourd’hui beaucoup de pressages sont en 180g avec des pâtes d’excellente facture.

Le disque vinyle a un son. L’analogique a un son. Prince a acheté il y a quelques années de vieux magnétophones Studer des années 60 pour ses enregistrements afin de retrouver ce son particulier. Je ne rentrerais pas dans le débat stérile vinyle versus CD ou plus largement vinyle versus musique numérisée, celui ci ayant déjà provoqué de nombreuses controverses. Simplement le son d’un vinyle est différent du son d’un  CD.

Bien lire un vinyle… Comment faire ?

Pour lire un vinyle il faut une platine, de préférence une bonne platine (notez que je n’ai pas écrit « une platine chère » !)

La platine tout d’abord :
Il existe plusieurs types de platines. Cependant quelle qu’elle soit, celle-ci doit répondre à un certain nombre de critères irréductibles. Le socle doit être stable et rigide, le plateau le plus lourd possible et sans résonances de cloche, le moteur précis et l’axe de rotation parfaitement usiné.

Technics SL-1200MK2-2
Platine Technics SL-1200MK2-2 à entrainement direct

Entraînement direct ou par courroie ?
Dans une platine à entraînement direct le moteur est fixé sous l’axe du plateau et entraîne directement celui ci. Les avantages de ce principe sont que la vitesse de démarrage est extrêmement rapide et qu’il n’y a pas tout un système de poulies et de courroie pour faire  tourner le plateau. Le principal inconvénient est que le moteur doit être d’excellente facture car il ne doit pas vibrer. Si le moteur vibre il transmet les vibrations au plateau ce qui perturbe fortement la lecture du disque. Il convient de noter que c’est Thorens qui a fabriqué les premiers entraînements directs dès 1920 pour très vite revenir à l’entraînement par courroie. Aujourd’hui, parmi les platines de salon, à part l’Audio Technica AT-LP120 la très grande majorité des platines sont à entraînement par courroie. Les DJ utilisent beaucoup les platines à entraînement direct en raison de leur vitesse de démarrage ultra rapide.

thorens-td145
Thorens TD145 : entrainement par courroie

Avec le principe d’entraînement par courroie le plateau n’est plus directement mu par le moteur mais c’est une courroie  qui transmet la rotation au plateau le plus souvent via un contre plateau. L’avantage de ce principe est que les vibrations du moteur sont absorbés par la courroie et que, par conséquent, ils ne se transmettent plus ni au plateau ni au disque. L’inconvénient est une vitesse de démarrage un peu plus lente  ce qui, dans le cas d’une utilisation domestique ne présente guère de désagréments.
Pour l’anecdote il existe aussi l’entraînement par galet, quasiment disparu aujourd’hui.

Rigide ou suspendue ?
Dans une platine suspendue l’ensemble du système de lecture (plateau et bras) est désolidarisé du socle de la platine, il est maintenu à celui ci par par un système de suspensions à ressorts. Le plateau et le bras flottent. Le principal avantage de la platine suspendue réside dans le fait que de par cette suspension l’ensemble du système de lecture est beaucoup moins sujet aux perturbations externes, le problème est que le système doit être parfaitement réglé et les différents ressorts impeccablement équilibrés.
La platine rigide voit tout son système de lecture fixé directement au socle ce qui la rend certes plus sensible aux perturbations extérieures mais en contrepartie sa mise en œuvre est beaucoup plus simple et moins sujette aux problèmes de déréglages.

Vyger Indian Signature
Vyger Indian Signature : bras de type tangentiel

Le bras :
Hormis le bras tangentiel de plus en plus rare hormis sur des platines très haut de gamme comme par exemple la Vyger Indian signature (31 500 €) il existe 2 types de bras, le bras droit et le bras en S.

 

 

 

Bras en "S"
Bras en « S »

Depuis des années le combat fait rage entre les pro bras droit et pro bras en S sans pour autant qu’il y ait un vainqueur. Toujours est il que comme pour la platine le bras doit répondre a des critères irréductibles. Il doit être le plus rigide possible, le mieux équilibré possible, avoir une fréquence de résonance la plus basse possible. Mais c’est avant tout la qualité de sa réalisation qui fait la qualité d’un bras, l’absence de jeu, la qualité des pivots…

 

 

Bras de type droit
Bras de type droit

Les grands fabricants de platines comme Thorens, Project, Rega, Linn et autres  savent fabriquer de très bons bras de lecture. En tout état de cause si vous vous offrez une platine chez un constructeur réputé le bras monté d’origine sur celle-ci est le plus souvent de bonne facture.

>> Voir les platines vinyles <<

Cellule Denon DL103
Cellule Denon DL103

La cellule :
Si le sujet de la cellule n’est abordé qu’en troisième lieu c’est pour la simple et bonne raison qu’une tête de lecture montée sur une platine de mauvaise qualité ne donnera pas de bons résultats à l’écoute. Il faut d’abord une bonne platine, munie d’un bras de qualité avant d’envisager la cellule.

 

Comment fonctionne une cellule ?
Le principe est simple : une pointe de lecture en diamant synthétique (désolé pour madame) fixé sur un stylet lit le sillon du disque. La modulation lue est transformée en courant électrique dans le corps de la cellule.
Soit c’est un aimant qui est fixé à l’autre bout du stylet  et celui ci bouge devant des bobines ce sont les cellules à aimant mobile (MM pour Moving Magnet).
Soit c’est une bobine qui est fixé sur le stylet et les aimants sont fixes, dans ce cas nous avons à faire à une cellule à bobine mobile (MC pour Moving Coil).
Soit, enfin l’aimant et la bobine sont fixes et c’est un petit morceau de fer doux qui s’interpose entre les deux et nous avons là une cellule à réluctance variable.
Bien souvent une cellule est montée d’origine sur les platines et, à de rares exceptions près, cette tête de lecture est un modèle bas de gamme ou tout au moins pas un modèle digne de celle ci ; il est par exemple une platine valant plus de 800 € sur laquelle est monté une cellule valant moins de 50€. Ces cellules fournies d’origine pourront donc être remplacées ultérieurement par des modèles plus performants, ce qui améliorera les performances de votre platine.

>> Voir les cellules <<

Le préampli phono, l’accessoire qui n’en est pas un :
Beaucoup d’amplificateurs ne sont plus équipés d’entrée phono. En effet une platine a besoin d’une entrée spécifique sur votre amplificateur. Sans entrer dans trop de détails techniques, le niveau de sortie d’une cellule à aimant mobile est d’environ 3mv, celui d’une cellule à bobine mobile se situe autour des 0,3mv. Le niveau d’entrée d’une entrée ligne (CD, aux.,.) est de 100mv au minimum il faut donc amplifier le signal de votre cellule pour l’amener au niveau nécessaire. Un bon préampli phono s’avère dans la majorité des cas indispensable.

>> Voir les préamplis phono <<

N’oubliez pas non plus la brosse pour nettoyer vos disques.

>> Voir les accessoires pour platines vinyles <<

Dernier conseil.
Une platine doit bien sur être posée sur un support bien à plat. Ce support doit être à la fois rigide et léger il existe chez un célèbre vendeur de meuble suédois une table basse valant moins de 7€ qui rempli ces conditions. Si le sol de votre demeure est un parquet sur lambourdes une étagère murale s’imposera.

>> Voir les platines vinyles <<

Laurent
Hifissimo Monge

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please copy the string 3dagou to the field below: