Comment choisir son écran de projection

Ecran de projection
Il existe quatre grandes familles d’écran :

  • Les écrans mat
  • Les écrans réfléchissants ou « à gain »
  • Les écrans pour la projection par l’arrière
  • Les écrans trans sonores.

Avant toute chose, il me faut tuer une idée reçue :
il n’y a pas de piles dans un écran ! Un écran ne peut pas fabriquer de la lumière ! Et donc croire qu’un écran « à gain » ajoute du gain, ou de la puissance, est une pure idiotie !

En fait, l’écran à gain ne renvoie pas plus de lumière qu’il n’en reçoit, il la concentre. Il la prend sur les bords et la concentre… au centre. C’est d’ailleurs ces toiles là qui sont responsables du phénomène de point chaud qu’on attribue à tord aux projecteurs.

Le gain d’un écran, c’est la différence entre le point le plus lumineux et le point le plus sombre. Une toile à gain de 1 renvoie la même quantité de lumière en tous ses points. La différence entre les bords et le centre est négligeable. La toile est un peu comme une feuille de papier. Elle réfléchit la lumière dans toutes les directions avec la même intensité.

L’écran a gain de 10, à l’inverse, renvoie dix fois plus de lumière en son centre que sur ses bords. De plus, il réfléchit la lumière dans une direction qui dépend du type de toile. Donc vous savez maintenant ce que le mot « gain » veut dire : c’est l’écart de lumière entre les bords et le centre de la toile.

Chez Dalite, par exemple, le Video Spectra renvoie la lumière dans la direction opposée à son point d’origine, comme une balle de billard. Leur toile High Power, à l’inverse, renvoie la lumière dans la même direction que son point d’origine. Pour choisir un des ces types de toiles, on tient compte de l’emplacement du projecteur par rapport à l’axe de la toile. Si les spectateurs et le projecteur sont du même coté de l’axe (donc projecteur au sol), on choisira une toile High Power, car la réflexion se fera vers le bas, vers les spectateurs, alors qu’elle se ferait vers le plafond avec une toile vidéo spectra. Et inversement si l’écran est placé au plafond, donc de l’autre coté de l’axe. Si dans ce cas on utilisait une toile High Power, alors la lumière serait réfléchie vers le plafond, et les spectateurs en perdraient sa puissance, en raison de la forte directivité de la toile.

Choisir un écran avec gain, c’est concentrer la lumière en son centre, c’est donc fabriquer un point chaud, et c’est également renvoyer la lumière dans une certaine direction, qu’il ne faut pas se tromper de choisir. C’est aussi détériorer la façon dont les différents spectateurs voient l’image : les gens sur les cotés du canapé verront moins de lumière que les gens assis au centre.

Vous aurez compris qu’un écran avec gain doit être utilisé pour répondre à des cas particuliers – si on ne peut pas faire le noir total, par exemple – et que le contraste manque cruellement. A l’inverse, chaque fois que c’est possible, la toile mat est de loin le choix recommandé, car elle ne présente aucun des défauts des toiles avec gain, et préserve un parfait équilibre des couleurs.

En conclusion, je préfère toujours conseiller les toiles sans gain quand l’angle de vision n’est pas trop fort, et quand on peut faire le noir. Le contraste est certes un peu moindre, et c’est pour cela que les écrans à fort gain sont souvent suggérés pour aller avec les projecteurs de faible puissance, mais ceci est un stratagème qui a une influence néfaste sur la qualité. Quand la lumière est la même en tous points, quand on choisit donc une toile mat, on obtient un résultat plus proche de celui d’une salle de cinéma.

Un mot sur les toiles trans-sonores. Ce sont des toiles percées de petits trous qui laissent passer le son, et qui permettent de placer la voie centrale, voire même les trois enceintes frontales, derrière l’écran. Raisonnons un instant. Les trous en questions représentent environ 30% de la surface totale, et laissent donc passer 30% de la lumière. Il faut donc accepter l’idée que 30% de la puissance de votre projecteur va être totalement perdue ! Quand on voit le prix des projecteurs, et les sommes qu’il faut dépenser pour s’offrir une machine puissante, je pense qu’on doit regarder à deux fois avant de se payer la fantaisie d’un écran trans sonore. Autant dire qu’il faut l’utiliser en dernier ressort, quand on ne peut pas faire autrement…

Maintenant que vous savez quelle toile convient à votre besoin, vous vous demandez évidemment ce qui distingue une marque d’une autre ! Ce point me rappelle une anecdote. Il y a quelques années, la marque Dalite (une des deux meilleures marques au monde avec Stewart) a embauché un chimiste. Celui ci expliquait que lorsqu’il est arrivé dans cette société, il s’est demandé pourquoi diable des fabricants de toile d’écran avaient besoin d’un chimiste. Puis, au bout de quelques mois, il s’est demandé pourquoi ils avaient attendu si longtemps pour en embaucher un !

On peut projeter une image sur un mur blanc, sur une toile cirée, sur du tissu acheté au mètre. Mais la colorimétrie n’est pas respectée. Les blancs sont un peu jaune, les rouges tirent sur l’orange…bref une toile n’est pas juste un bout de tissu, en fait. C’est une matière composée de micro particules, étudiée avec soin pour réfléchir la lumière avec le moins de déformations possibles, le moins de changement entre la couleur originale et la couleur « reproduite », avec, vous l’avez lu plus haut, la même uniformité, ou la directivité voulue. Et puis il y a le coté mécanique. Avec une toile de qualité moyenne, avec une marque bas de gamme, avec un modèle trop bon marché, les bords ont tendance à rebiquer comme la toile cirée de votre cuisine, ou pire, ça sent le plastique !

Aussi, là encore, il n’y a pas de miracle :la qualité se paye, et on en a toujours pour son argent ! mais je veux attirer votre attention sur le fait qu’un écran, on le garde de longues années,aussi, il ne faut pas raisonner en dépense, mais en investissement.

Enfin, pour que cette fiche soit complète, il faut parler des toiles mécaniques, électriques, et tendues. Là, il n’y a pas grand chose à dire, certes, sinon que cela dépend de votre environnement. Si votre écran se trouve devant une fenêtre, une porte, et que vous le montez et le descendez tout le temps, il vaut mieux aller vers un écran électrique. Mais si, par contre, vous consacrez une pièce à votre installation Home Cinéma, il n’y a rien de mieux qu’une toile tendue, ou encore appelée trampoline.

Jean-Patrick Grumberg